nav-left cat-right
cat-right

Choisir une voiture verte en faveur de l’écologie

VOITURE VERTE POUR LA NON POLUTION

De plus en plus de constructeurs auto sont conscients du désastre que provoque les émissions de gaz carbonique dans l’atmosphère. Ainsi, on voit émerger davantage de modèles de voitures vertes, faiblement polluantes ou très peu polluantes.

L’ESSENCE ET LE DIESEL BIENTÔT DÉSUETS ?

Il fut un temps où les voitures à moteur thermique étaient les seuls à dominer le marché de l’automobile. Mais avec le fort taux d’émissions de CO2 et de gaz à effets de serre qu’ils produisent, les écologistes sollicitent les constructeurs vers la production de modèles plus écologiques. Il y a de nombreuses marques qui se sont déjà mises sur le créneau de la voiture verte. Mais d’autres se résument tout simplement à concevoir des véhicules peu polluants. Pour ces dernières, le niveau d’émissions de gaz nocifs est revu à la baisse. Mais cela ne suffit pas encore pour les écologistes qui demandent une tout autre solution. Dans les prochaines années, risque-t-on donc de voir disparaitre les voitures à essence ou à diesel ?

L’HYBRIDE ET L’ÉLECTRIQUE COMMENCENT À FAIRE RAVAGE

Dans cette phase de transition vers la voiture verte, beaucoup de constructeurs voient en l’hybride comme l’une des meilleures alternatives. La voiture ne perd pas en puissance, mais émet moins de gaz toxiques. Mais l’hybridation en elle-même reste toujours un concept polluant qui mise uniquement sur quelques astuces et non une reconversion totale du moteur. Pour rappel, le moteur hybride est formé d’un double bloc : un bloc thermique et un bloc électrique. Le moteur électrique prend le relais pour soutenir le moteur thermique. Le principal atout réside donc sur l’abaissement de la consommation de carburant.

https://youtu.be/vyT5YF4UEy0

Véritable phénomène sur le marché, la voiture électrique est perçue comme la véritable voiture écologique. En effet, cette dernière n’est composée que d’un seul bloc électrique qu’on peut recharger à l’aide d’une prise domestique. À l’utilisation, la voiture ne pollue pas du tout, car il n’y a aucune émission toxique. Cela dit, la pollution est indirecte en raison de la méthode de fabrication des batteries (au lithium) et de la production d’électricité (nucléaire, groupes électrogènes, barrages, charbon, etc.). De plus, il faut noter que la performance du véhicule laisse parfois à désirer.

QU’EN EST-IL DE CES CARBURANTS VERTS ?

Pour avoir une bonne performance et un faible taux de pollution (directe ou indirecte), la voiture de demain privilégiera peut-être ces écocarburants. Déjà en pleine expansion, la voiture bioéthanol est actuellement en phase de se démocratiser. La combustion de l’éthanol ne produisant aucun effet néfaste pour l’environnement, il se pourrait donc qu’on voie dans cette technologie l’alternative pour le problème de l’environnement. Le moteur reste performant (même s’il l’est moins par rapport aux moteurs thermiques) et le véhicule pollue peu. Mais, l’approvisionnement avec ce genre de carburant reste très difficile.

Pour les adeptes des voitures électriques, certains constructeurs se tournent dorénavant pour l’utilisation d’une batterie rechargeable automatiquement durant le trajet. Cette technologie utilisera une pile à combustible qui fonctionne avec l’hydrogène. Même si plusieurs modèles pour ce genre de voiture sont déjà mis en circulation, le tarif reste encore bien au-dessus des moyens de la classe moyenne.